29.1.06

Riffifi à la Mairie


Le vote vert-PCF-UMP au Conseil de Paris, “mascarade politicienne” selon Delanoë

Le maire de Paris Bertrand Delanoë affirme que le sa mise en minorité au dernier Conseil de Paris sur la politique du logement, après que des élus Verts et communistes ont voté avec l’UMP, a été une “mascarade politicienne”, dans une interview à paraître dans le Journal du Dimanche.

“Cette rencontre entre une forme d’irresponsabilité et le cynisme de la droite est regrettable et même choquante d’un point de vue démocratique”, ajoute-t-il.

Selon le maire de Paris, “il est clair qu’elle ne fait absolument pas avancer la cause des mal-logés ni le combat contre l’insalubrité”.

Lundi, lors du Conseil de Paris, des voeux et amendements des Verts sur le logement social, de même qu’un texte émanant du PCF, ont été refusés par le PS et ont été votés grâce à l’appui de la droite.

Déclarant que “seul importe le jugement des Parisiens”, M. Delanoë n’en appelle pas moins à l’esprit de responsabilité d’une partie de sa majorité. “Je compte sur l’intelligence de chacun, sur l’esprit de loyauté et de compromis, et même sur le goût de servir Paris”, déclare-t-il.

Défendant son bilan en matière de politique du logement, le maire de Paris confirme également que “l’engagement” à ne pas augmenter les impôts à Paris sera tenu au cours de son mandat.”Mais après cette mandature de rénovation de la dépense publique, il faudra envisager une hausse modérée des taux”, ajoute-t-il.

Interrogé sur les primaires à l’UMP pour désigner le candidat à la Mairie de Paris en 2008, il considère que “la droite municipale ne pourra jamais échapper à son propre passé”. “Les mille taudis que nous traitons, c’est aussi leur héritage”, assure-t-il.

Enfin, concernant une éventuelle candidature à l’élection présidentielle de 2007, M. Delanoë affirme: “les besoins de démocratie de ce pays ne me laissent pas indifférent. Mais je suis à ma tâche. Pourquoi me disperser?”.

Commentant cette crise au sein de la majorité municipale, l’ancien maire de Paris, Jean Tiberi, député UMP de la capitale, déclare dans un entretien à paraître dimanche dans Le Parisien, que “Bertrand Delanoë, c’est net, ne maîtrise plus sa majorité. Celle-ci ne lui fait plus confiance et réciproquement”.