28.1.06

Préférence nationale, vite !


Avril 2005

Le terrible incendie qui a ravagé vendredi à Paris un hôtel du IX ème arrondissement logeant des familles africaines « sans papiers », en attente de régularisation ou d’un logement HLM, et qui a fait 22 morts dont de nombreux enfants, était à peine éteint que déjà les charognards extrémistes donnaient de la voix.

Encadrés par les trotskistes du Dal et autres militants soutenant l’immigration clandestine, une centaine d’immigrés en situation irrégulière ont participé lundi soir à un rassemblement devant l’hôtel incendié pour « exiger la réquisition de logements » et la « régularisation de tous les sans papiers ». Jamais en reste d’une bonne petite opération socialo-médiatique, le maire de Paris Bertrand Delanoë a déclaré qu’ « après un tel drame, (les survivants avaient) droit à des papiers ». Une évidence pour les pouvoirs publics puisque le préfet de police de Paris a annoncé que la situation administrative des rescapés serait examinée « avec une attention et une bienveillance particulière ».

Au-delà de ce terrible fait divers, il s’agit de rappeler que plusieurs millions de nos compatriotes vivent dans la précarité la plus extrême, que des centaines de milliers de foyers français sont inscrits sur des listes d’attente pour obtenir des logements sociaux. Pendant ce temps, les impôts de nos compatriotes servent aussi à payer les chambres accueillant les familles de clandestins ou les aides sociales et autres logements dont bénéficient les immigrés dans leur ensemble, au nom de la politique de substitution de population mise en place par nos gouvernants.

Source: Francaisdabord