29.1.06

La mairie de Paris victime d’Act Up !


L’association activiste gay Act Up a perturbé la “conférence internationale sur le VIH et la santé gaie” organisée les 28 et 29 novembre à l’Hôtel de Ville de Paris.

Les militants d’Act Up, qui avaient été invités à participer à cette conférence, ont déversé un sac de boîtes vides de médicaments sur la tribune pour protester contre l’invitation à cette conférence -aux frais de la princesse- de l’écrivain américain Tony Valenzuela, un adepte du “bareback” (terme qui désigne les rapports sexuels sans préservatif entre personnes séropositives).

Considéré par les militants de la lutte contre le sida comme le “Dustan américain” (1), Tony Valenzuela, ancien acteur porno et séropositif, est en effet très décrié pour ses écrits en faveur de l’abandon du préservatif et son analyse faisant du crystal -une drogue dure à la mode dans le milieu homo- un élément du “principe de plaisir” chez les gays. Act Up parle même à son égard de “la légitimation d’un discours révisionniste sur le sida” alors que la ville de Paris est le plus mauvais élève de France métropolitaine et d’Europe en matière de contamination par le VIH (2) du fait notamment de la recrudescence des comportements à risque chez les hommes homosexuels (3).

Au-delà des controverses internes à la mouvance homosexuelle sur le “port obligatoire du préservatif” ou “les plaisirs des drogues”, on s’amusera de voir la mairie de Paris victime des manifestations violentes d’Act Up après avoir recasé à l’Hôtel de Ville plusieurs de ses militants (comme l’adjoint à la culture, Christophe Girard, et le conseiller de Bertrand Delanoë, Philippe Lasnier) et arrosé de subventions cette association (4). C’est un peu l’arroseur arrosé…

On remarquera aussi que la presse, d’habitude prolixe sur les faits d’armes des commandos d’Act Up, s’est montrée curieusement silencieuse dès lors que ces violences ont pris pour cible une manifestation officielle de la mairie de Paris.

Source: Le Perroquet libéré

————————-
(1) En référence à Guillaume Dustan, écrivain français homosexuel décédé en 2005, qui avait été mis au ban du mouvement gay pour avoir légitimé les relations sexuelles entre séropositifs.
(2) 1.326 nouveaux cas de séropositivité et 507 cas de sida notifié entre le 01/01/2003 et le31/12/2004.
(3) 38,61 % des nouveaux diagnostics VIH en France relèvent d’une contamination par rapports homosexuels chez les hommes selon les “nouveaux diagnostics VIH en France en 2003 et 2004″ étudiés par l’institut national de la veille sanitaire.
(4) En 2003, le Conseil de Paris a voté une subvention de 32.000 euros à Act Up Paris.